Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Dessin Notto

Dessin Notto

Si rien ne change, alertent les spécialistes, bien d'autres pandémies pourraient suivre. L'origine animale du Covid-19 est avérée. C'est une zoonose, du nom des maladies ou infections qui se transmettent de l'animal à l'humain. Les scientifiques alertent sur le risque de voir se propager d'autres pandémies si le genre humain poursuit son utilisation toujours plus intense des ressources planétaires et la destruction des écosystèmes.

Selon le programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), "l'émergence de maladies zoonotiques est souvent associé aux changements environnementaux", qui sont "habituellement le résultat d'activités humaines, de la modification de l'usage des sols au changement climatique." Gwenaël Vourc'h, directrice adjointe de l'unité d'épidémiologie vétérinaire de l'institut de recherche INRAE, précise : "Vu la croissance de la population humaine et son utilisation toujours plus intense des ressources planétaires, la destruction d'écosystèmes de plus en plus nombreux multiplie les contacts entre espèces."

Homo pas sapiens

En cause, la déforestation pour faire place à l'agriculture, l'élevage intensif, l'urbanisation et la fragmentation des milieux, qui modifient l'équilibre entre les espèces. À tout cela s'ajoute le réchauffement climatique qui peut conduire certains animaux vecteurs de maladie à prospérer là où ils ne vivaient pas avant. "La tendance ne devrait pas s'infléchir", prévient Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l'IPBES, le panel des experts de l'ONU sur la biodiversité. "Les actions humaines créent l'occasion pour les microbes de s'approcher des populations humaines." En effet, les modifications d'usage des terres, "combinées aux augmentations en matière d'échanges commerciaux et de voyages", devraient faire augmenter la fréquence des pandémies à l'avenir.

Pour Gwenaël Vourc'h, la réponse devra être systémique : "Au delà de la seule réponse indispensable à chaque épidémie, il faut réfléchir à notre modèle" et notamment "repenser notre relation avec les écosystèmes naturels et les services qu'ils rendent."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article