Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

"COVID : ESTRANGERS", PIRAILLAN.

"COVID : ESTRANGERS", PIRAILLAN.

S4 E15

 

Aujourd’hui, c’était mon anniversaire, fifty-five. Je me suis couché après minuit pour être le premier à me le souhaiter sous la pleine lune. J’ai passé toute la journée avec mon haut de pyjama enfilé à l’envers. J’ai bu trop de cafés et fumé plein de clopes. J’ai écrit le brouillon de ces lignes en pattes de mouche sur des post-it offerts par le fournisseur landais de croquettes pour le chien et le chat. J’ai mangé à dix heures du matin du pâté de campagne avec du pain de campagne. J’ai laissé mon clébard me lécher la gueule, pour une fois. Je lui ai fait un plaquage cathédrale sur le canapé en sifflant les lacs du Connemara. Je n’ai pas écouté les actus du Covid et je n’écris pas « de la » puisque tout le monde se goure. J’ai regardé une photo de moi en noir et blanc mangeant un sandwich dans les années soixante-dix sur les pentes de Gourette. Je me suis dit qu’en ce moment, y’a gavé de poudreuse en Ossau. J’ai écouté l’eau du radiateur de la salle de bain faire des jolis gargouillis comme une fontaine zen. (Troisième post-it) J’ai répondu dans toutes les langues à ma famille et mes potes ayant pensé à mon anniv grâce aux réseaux digitaux. J’ai fait une sieste en robe de chambre. J’ai regardé le pâle soleil dans les yeux. J’ai fini la bouteille de limonade sans bulles des enfants. J’ai bouffé tous les Pringles. J’ai lu quelques pages du Dictionnaire amoureux de l’inutile par François Morel et son fils. « L’inutile est indispensable. » J’ai passé la main dans le dos de mon ado de fils en lui souhaitant un bon voyage vers la Loire-Atlantique. J’ai moi aussi emprunté la route de l’océan. J’ai pris des huîtres chez mon pote d’enfance pour demain. Je me suis garé au pied des dunes. J’ai vu les vagues, la première, la seconde, la troisième, le chien a fendu frénétiquement l’écume, on est rentrés complètement « trempes », mais heureux. J’ai également vu un jeune épidémiologiste qui disait que « le climat continental est plus favorable à la propagation du virus que le climat océanique. » Je me suis dit qu’on était bien chez nous, loin du fracas du monde. J’ai fait tout ce que je voulais, aujourd’hui.

 

FD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article