Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Gazouillis : "2020 nous a éprouvé au-delà de tout. Où allons-nous après cette année horrible"

Gazouillis : "2020 nous a éprouvé au-delà de tout. Où allons-nous après cette année horrible"

S3 E38

 

Les quatre chiffres de l’année barrés d’une énorme croix rouge. Voilà la une de la prochaine édition du Time. Connu pour ses couvertures chocs, le magazine américain presque centenaire a levé le voile ce samedi sur l’un de ses derniers numéros de l’année, considérée comme « la pire de l’histoire ». Rapidement, les internautes se sont emparés de leur clavier pour commenter et contester cette déclaration du Time. Si certains sont pessimistes et attendent de voir ce que 2021 nous réserve encore (le père Noël mort du Covid ? la mère Noël qui se tape les lutins ?), beaucoup se demandent si rester chez soi à regarder Netflix pour vaincre une pandémie est vraiment la pire chose qui soit. C'est vrai, quoi, du temps de la grippe déjà asiatique à la fin des sixties, on n'avait que l'ORTF !

 

Stephanie Zacharek, auteure de l’article et critique de cinéma, pour qui une année sans montée des marches à Cannes est à oublier définitivement, explique pourtant dès les premières lignes qu’il y a eu « des années pires dans l’histoire des États-Unis, et certainement des années pires dans l’histoire du monde, mais la plupart d’entre nous qui vivons aujourd’hui n’avons rien vu de tel. » À propos des deux guerres mondiales, Steph explique : « Il faudrait avoir plus de 100 ans pour se souvenir des ravages de la Première Guerre mondiale et de la grippe espagnole ; environ 90 pour avoir une idée de la privation économique provoquée par la Grande Dépression ; et environ 80 ans pour conserver tout souvenir de la Seconde Guerre mondiale et de ses horreurs. » En clair, 2020 est la pire année qui soit de mémoire d’homme. Là, d'accord, mais « un peuple qui oublie son passé est condamné à le revivre ». C'est de Jorge Agustin Nicolas Ruiz de Santayana y Borras, beaucoup moins connu que Diego Armando Maradona Franco de Villa Fiorito.

 

Dans son papier, la critique du Time n’évoque pas uniquement la crise du coronavirus. Selon elle, « le monde avait commencé à s’effondrer bien avant », en raison des feux en Australie, suivis par ceux de Californie (en ce qui concerne l'Amazonie, . Elle évoque ensuite la mort de George Floyd, qui a déclenché « une colère justifiée non seulement dans tout le pays mais dans le monde entier. » Vient enfin l’élection présidentielle américaine, qui a quand même montré que « d’une manière ou d’une autre, nous avons réparé la démocratie avec un bout de ruban adhésif, juste à temps. » Uhu Biden, mieux que le scotch ! En France, c'est l'assassinat de Samuel Paty qui aura marqué les esprits, loin devant les vidéos du passage à tabac de Michel Zecler ou celle à caractère sexuel de Benjamin Griveaux. Sans oublier bien sûr la victoire d'Alexandra à Koh Lanta. On se console comme on peut.

 

FD

"De l'art et des oignons", ce matin dans ma rue.

"De l'art et des oignons", ce matin dans ma rue.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article