Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Gotlib

Gotlib

S3 E17

 

Ce matin, l’émission « Interception » de France Inter a diffusé un remarquable reportage réalisé au long cours et en immersion avec le « Groupe mineurs », l'unité en charge de la traque des cyber-pédophiles en France. Les treize policiers parisiens de l’Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes (OCRVP) ont ouvert leurs portes pour la première fois à une équipe de radio. Les magnétos ont enregistré l’arrestation et la première audition d'un suspect et « l’humanité des fonctionnaires de police en butte à quelques-unes des pires turpitudes dont sont capables certains de nos semblables », comme le dit avec pertinence franceinter.fr.

 

C’est notamment ce groupe spécialisé de la police judiciaire qui a arrêté en juillet dernier à Frontenac, dans l’Entre-Deux-Mers, l’un des « dix plus grands criminels d’Internet », recherché par toutes les polices du monde. Cet employé municipal quadragénaire, cantonnier travaillant sur plusieurs communes, jusqu’alors inconnu des services de police et autodidacte de l'informatique, a d'abord été utilisateur des plateformes pédo-pornographiques avant de devenir lui-même fournisseur de contenu (photos et vidéos), puis administrateur de site. Il mettait en scène ses propres filles, âgées de quatre et huit ans, à l’insu de sa femme. 

 

Écroué à Gradignan, il a été mis en examen, notamment pour « viols incestueux commis sur un mineur par un ascendant » et « agressions sexuelles incestueuses sur un mineur de 15 ans par un ascendant ». Son interpellation est le fruit d’un travail de coopération internationale. Il n’échangeait qu’en anglais et son arrestation a été permise par une collaboration étroite avec Europol, l’office de police européen, qui dispose d’une cellule de lutte contre les réseaux pédo-pornographiques internationaux du darknet (partie cachée du réseau où les échanges sont totalement anonymisés).

 

Manque de personnel

 

La cyber-pédophilie prend de plus en plus d’ampleur en Europe. Selon Catherine de Bolle, directrice exécutive d’Europol, « la crise de la Covid-19 a entraîné une forte augmentation de la distribution en ligne de matériel pédo-pornographique ». Adultes et mineurs passent davantage de temps devant les écrans, et pas que pour le meilleur. Les prédateurs sexuels cherchent généralement leur proie sur les réseaux sociaux comme Facebook, Snapchat, Instagram et TikTok. Cela signifie que plus les mineurs passent du temps en ligne, plus ils sont vulnérables à la cyber-pédophilie.

 

Malheureusement, alors que l'on dénombre en France environ 100 000 connexions par an à des sites pédo-pornographiques, l’OCRVP déplore d’être en sous-effectifs. En comparaison avec la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas, nous n’en avons pas fait une priorité nationale. Au moment où Darmanin annonce une meilleure répartition des forces de Police et de Gendarmerie, on a envie de lui demander moins de répression envers les citoyens honnêtes et davantage de moyens pour débusquer les véritables criminels : touristes sexuels français impunis à Madagascar, aux Philippines ou au Guatemala et branques qui menacent l’enfance de France.

 

FD

 

À noter : La Plateforme Pharos, dont il a été question après les derniers attentats, est également le portail officiel de signalements d’actes pédophiles et/ou cyber-pédophiles.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article