Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Soirée Covid-14 Juillet à GradignanSoirée Covid-14 Juillet à Gradignan

Soirée Covid-14 Juillet à Gradignan

S2 E14

 

Faudra-t-il sous peu renommer ce blog "Petit journal de reconfinement d’un citoyen bordelais" ? Six mois après avoir décrété l'urgence internationale, l'OMS annonce une nouvelle réunion. Ça va chier, on n'a pas été sages. En France, une "lente dégradation" de la situation épidémique est en cours, selon la direction générale de la Santé. Mayenne, Morbihan, Finistère, sur les plages de Quiberon ou le port de La Rochelle, ça déchante ferme. Près de chez nous, la Catalogne et la Belgique prennent des mesures drastiques, l’Allemagne et le Maroc durcissent les restrictionsLes jeunes adultes sont majoritaires dans les nouveaux cas au Canada, quant aux States, n’en parlons même pas, c’est la cata, avec bientôt 150 000 morts. L’incurie trumpiste a eu raison des espoirs d’écrêtage du haut plateau des cas de Covid-19 dans le pays de la liberté de faire n’importe quoi. Le mur avec le Mexique a des fuites : l’Amérique centrale et du sud est désormais la région du monde la plus touchéeIl y aurait même -Kim Jong-Un cas suspect en Corée du Nord, c’est tout dire ! Sur toute la planète, la pandémie est aggravée par la pauvreté, la malnutrition, les inégalités dans l’accès aux soins. 

 

Pour autant, notre pays ne prévoit pas de nouveau confinement généralisé, l’économie de la première destination touristique mondiale en souffrirait trop. Et puis le moral des troupes et la courbe du chômage sont déjà bien bas, chacun s’inquiétant pour ses vacances à la villa sans soucis, la prochaine rentrée des classes, le boulot qui risque de manquerbref, le catalogue automne-hiver. La mode est à l’hygiénisme et au masque obligatoire, si possible flambant neuf ou parfois visiblement usagé, mais ostensible, que diable, pour (se) rassurer ! Pourtant, il n’y a pas vraiment de quoi, si l’on y regarde de plus près : mal portés (sous le pif, j’adore), triturés (attends, je bois un coup), passoires (oui, mais stylées). Schizophrénie quand tu nous tiensquand les modèles sportifs s’embrassent à nouveau dans des temples déserts inondés de vociférations en play-back, les potes en font de même, et vas-y que je te kiffe tropPourquoi s’en priver, le but est identique pour tous, dieux du stade ou péquins moyens : vivre, enfin !

 

Nous n’aurons pas de vaccin dans un horizon immédiat et devons donc faire avec cet été de Damoclès, entre bravade jusqu’à la mortelle "soirée covid" et inquiétude imbécile du mec parano : si tu portes un masque seul au volant de ta caisse, mets-en un aussi quand tu vas aux chiottes ! Sur les routes, les vagues de départs et de retours se succèdent comme à l’accoutumée. Le monde d’après est identique voire pire comparé à celui d’avant, l’intimité du carrosse du peuple étant privilégiée, afin de ne pas trop se mélanger avec tous ces migrants interlopes au sang impur ("c'est quoi déjà comme département, le 57 ?")La méfiance règne, observez-la dans le regard de ces inconnus avides de calories que vous croisez au stand des gaufres au nutella. Inutile de se réfugier en montagne pour fuir la cohue des bains de mer, ils y seront également, pour vous éviter aussi. Devant la télé, là se trouve le salutLes people Sartre, Guy Bedos ou Youssoupha ont bien raison de dire "l’enfer, c’est les autres". Surtout ces sournois d’asymptomatiques.

 

FD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article