Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Bientôt aux bassins à flot

Bientôt aux bassins à flot

S2 E3

 

Voici donc la première fin de semaine déconfinée, enfin. Le soleil revient, la vie promet d’être belle et rebelle. Avec l'ouverture des parcs, jardins, forêts et plages, les esquirous et les kayoks (écureuils et mouettes) ne vont plus rien comprendre. Faisan au bord du chemin creuxgare à tes plumes. Hérissons, chevreuils, lièvres et autres pangolins, aux abris. Les humains reviennent, et vous allez les sentir passer. Les routes des plages seront chargées de bagnoles de promeneurs et baigneurs dynamiques, entre deux phases statiques à se tutoyer les pare chocsPour ceux qui resteront à la ville, "l’objectif est d’éviter l’autosolisme" (le fait de se déplacer seul en voiture) annonce l’éloquent président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet. Pour faire comme son homonyme Louison, on pourra redécouvrir en vélo les façades blondes et les espaces verts. Des couloirs de circulation sont mis en place, notamment sur les quais. Enfin des transports doux privilégiés dans le déconfinement progressif ? Que nenni !  Pour les moins vaillants et écolos, des parkings temporaires ont été prévus afin d'encourager la consommation dans les commerces du centre-ville, par exemple et comme au bon vieux temps sur la place des Quinconces (600 places, entrée allées de Bristol, sortie allées de Munich). Ils seront ouverts les samedis et dimanches de 10h à 19h. D’accord, c’est gratos, mais c’est toujours le monde d’avant.

 

 

Une toile solidaire

Et tant qu’à revenir dans le monde d’avant, allons y franchement, car c’est pour la cause du septième artLa première étape du Drive-In festival national itinérant a lieu cette semaine à Bordeaux, sur la place des Quinconces, avec un écran de 190 mètres carrés.  Cette initiative temporaire, qui s’arrêtera dès la réouverture des salles de cinéma, est née d’une volonté : conserver le lien précieux entre les Français et leurs cinémas. Afin d’aider les salles à surmonter la crise et recommencer à rêver, le festival propose une alternative solidaire et itinérante, sans risque sanitaire pour les spectateurs et organisateurs. L’intégralité des bénéfices sera reversée aux salles de cinéma et distributeurs en péril. Précision des organisateurs : "Nous avons bien conscience que promouvoir l’usage de la voiture n’est pas la meilleure façon d’aborder le monde d’après. Aussi nous nous engageons à calculer l’empreinte carbone de nos événements, et à la compenser par un reversement à une association de défense de l’environnement." Avec une jauge limitée à 3 personnes par voiture et 300 emplacements disponibles, chaque séance pourra accueillir 900 spectateurs. Les tarifs sont de 10€ par adulte et 5€ par enfant. Il faut impérativement réserver sur driveinfestival.org. Les 10 films au programme (la séance est à 21 heures) sont particulièrement alléchants samedi 16 mai, "Hippocrate" de Thomas Lilti (2014), avec Vincent Lacoste, Reda Kateb, Jacques Gamblin et Marianne Denicourt ; dimanche 17,  "Les invisibles" de Louis-Julien Petit (2019), avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky et Deborah Lukumuena ; lundi 18, "Les Combattants" de Thomas Caillet (2014), avec Adèle Haenel, Kevin Azais, Antoine Laurent, Brigitte Rouan ; mardi 19, "Whiplash" de Damien Chazelle (2014), un film jazz incontournable avec Miles Teller et J.K. Simmons, ; le mercredi 20, "Tomboy" de Céline Sciamma (2011), avec Zoé Heran, Jeanne Disson, Malonn Levana et Sophie Cattani ; jeudi 21, "Comment C’est Loin" de Orelsan et Christophe Offenstein (2015), avec Orelsan, Gringe et Seydou Doucouré ; vendredi 22, "La Tortue Rouge" de Michael Dudok de Wit (2016), avec Tom Hudson et Barbara Beretta ; samedi 23, "Le Grand Bain" de Gilles Lellouche (2018), avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoordet Philippe Katerine ; dimanche 24, l’épatant "En liberté !" de Pierre Salvadori (2017), avec Adèle Haenel, Pio Marmaï, Damien Bonnard, Vincent Elbaz et Audrey Tautou. 

Et aussi :

L’exposition phare de Bassins de Lumières, "Gustav Klimt, d'or et de couleurs" à la Base sous-marine, initialement prévue en avril, pourra peut-être accueillir des visiteurs en juin, à l’instar de svoisine, la Cité du vin. En attendant, il y a le petit Musée du vin et du négoce, au 41 de la rue Borie, dans l’immeuble du 18ème du négociant irlandais Francis Burke. C’est 10 euros la visite avec dégustation de deux vins (la Cité n’en propose qu’un verre pour deux fois plus cher)Vous pouvez également visiter l’Écomusée de la vigne et du vin à Gradignan (238 cours du Général de Gaulle), qui propose notamment une exposition de 400 outils de vignerons. Enfin, pour refaire votre cave, covidée pendant deux mois, les propriétés réouvrent progressivement leurs chais aux amateurs du nectar de Bacchus.

 

Enjoy !

 

FD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article