Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Personne ne bouge 

S1E33 ou - 23 !

 

Info du jour : « Les petits arrangements avec les règles de confinement se multiplient. » Je me disais bien aussi qu’il y avait un peu plus de circulation depuis quelques jours. Ça démange. Plus que trois semaines à attendre un hypothétique retour à la presque normale. Deux tiers du temps de prison dorée seront passés en début de semaine prochaine. Il n’empêche, c’est long. Il fait si bon, les pulls sont relégués dans les armoires pour plusieurs mois. Pas étonnant que les vrais apéros à l’air libre, en gardant ses distances, reprennent le dessus sur les rencontres virtuelles. La solitude nous pèse. Faudrait-il s'en sentir coupable ? Là, j’ai envie de boire un verre face au coucher de soleil avec une rousse aux yeux verts.

 

Je suis retourné « aux courses » ce matin, un foulard autour du cou, prêt à le dégainer en un instant et à me dissimuler le visage comme un vulgaire malfrat. Au final, une fois dans le supermarché, je n’ai pas cru bon de l’utiliser. J’ai seulement évité de passer trop près de mes congénères. Il y en a bien un qui a osé faire irruption dans ma zone de sécurité au rayon biscuits. Il ne ressemblait pas à Azraël, l’ange de la mort. Chariot plein, les enfants peuvent débarquer, on aura largement de quoi tenir la semaine. C’est le début des vacances scolaires de la zone A, on aurait dû partir à Vannes demain. Le temps breton est au rendez-vous pour me le rappeler. Les jeunes vont tourner en rond.

 

La semaine prochaine, pas d’atterrissage à Mahon-Minorca pour los niños, aucun vol vers Lille-Lesquin pour ma pomme frite. Dans mes rêvesle tour du Grand Nord par Arras, Abbeville, la Baie de Somme, Amiens, Compiègne, Soissons, Saint-Quentin et Cambrai. Ces destinations en deviendraient presque exotiques. J’ai reporté mon séjour en juin, dans l'espoir que ce sera enfin possible. Rien n’est moins sûr : les hôteliers et lieux touristiques auront-ils repris leurs activités ? « Nous n’avons pas de réponse définitive. Il y a ce que nous savons et ce que nous ne savons pas » Paroles de président. Finalement, il n’avait pas complètement tort. C’est comme à la guerre, on sait quand ça commence mais pas quand cela va finirCette fois-ci, les marionnettes que chantait Christophe en 65, ce ne sont pas les soldats, mais des soignants, des caissières et des livreurs. Sous peu, ce seront des professeurs que l’on enverra au casse-pipe.

 

La descendancemes adorables bambins, pourraient ramener le virus à la maison à partir de mai. Ce fait n’est pas ce qume plaît. Après le muguet et les poux, un sale covid sans traitement radical vendu en pharmacie, ça ne va pas le faire. C’est une histoire de fous. Comment faire confiance à des mineurs quand les majeurs font preuve de si peu de civisme et de responsabilité ? Comment les blâmer, eux qui vont vivre chaque jour une situation ubuesque dans des établissements par définition inadaptés aux risques encourus ? Soit nos dirigeants ont des informations sur la durabilité et la volatilité du coronavirus aux beaux jours, soit ils comptent sur l’acceptabilité d’une nouvelle catastrophe humaine potentielle. Les hommes au pouvoir sont une peste de cynisme.

 

Le retour de la croissance ne peut plus attendre, Trump a raison, lui et sa world company vacillante mais toujours prédominante. Elle est si mal concurrencée par un autre colosse aux pieds d’argile chinois, oppressant lui aussi son petit peuple pour produire à tout prix. Au travail, les gens ! C’est une question de vie ou de mort pour notre indiscutable modèle de société. Foncez, ne réfléchissez pas, avec un peu de chance et quelques prières, l’ennemi invisible vous épargnera. Toujours le même discours, et surtout aucun réel feedback, le fameux retour d’expérience. #EtAprès, c’est un leurre pour les zozosLe luxe de penser l’avenir est réservé aux élites, pas à la majorité silencieuse et servile. Aliénée et somme toute docile, elle ne sait pas vraiment ce qui est bon pour elle. C’est tant mieux pour les affaires de ce drôle de monde immuable.

 

FD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article