Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Fred Desk

Matin Brun*

S1 E15

Lettre anonyme tapuscrite, dans l’entrée d’un logement collectif , ça se passe près de chez vous :

 

"Bonjour, nous avons remarqué depuis quelque temps qu’un soignant vit dans notre résidence…

Cette époque du coronavirus menaçant les vies de chacun, il est demandé à cette personne de garer sa voiture loin des autres. Et si possible de ne plus toucher les parties communes sans gants et sans s’être désinfecté les mains… idéalement il est vivement demandé à cette personne de déménager aussi vite et loin que possible afin de ne pas mettre nos vies en danger… si ce monsieur est un vrai soignant compétent il comprendra nos inquiétudes et partira sans rien demander ni se plaindre…

Nous avons peur pour nos vies et l’exclusion de cette personne doit se faire…..

Merci à lui de prendre ses dispositions…

Les voisins"

 

C’est à baba, c’est tabayo, c’est à Bayonneoù l’on a relevé plusieurs "cas de ce type", si j’ose m’exprimer ainsi, en fin de semaine dernière (sources : citoyenne de Bassussarry et France Bleu Pyrénées-Atlantiques, 29 mars 2020).

 

On remarquera « les vies de chacun », l’auteur serait-il un chat** (qui en aurait plusieurs) ? Malheureusement, c’est bien un humain qui a commis ce torchon digne des grandes heures de la délation et des collabos.

 

Annotations de résidents :

 

"Honte à vous", "Certains voisins ne sont pas d’accord avec ceci", "Espérons que vous n’aurez jamais besoin d’une ambulance". Heureusement, la résistance*** s’organise un peu.

 

Réponse manuscrite du soignant :

 

"Bonjour, je vous remercie de l’intérêt que vous semblez me porter.

Je suis effectivement un soignant. Je me nomme Thomas, je vis à l’appartement 11, première porte à gauche, couloir de droite, RDC.

Je vous invite à venir me voir afin de discuter de votre petit mot rempli de courage.

Cordialement.

Votre voisin qui ne déménagera pas."

 

"Idéalement", il ne faudrait pas qu’une fille de, porteuse du virus de la connerie, soit élue en "quelque temps" par cette minorité pas si silencieuse qui essaie d’imposer sa pensée iniquePour mémoire, Thomas est le nom juif d’un saint qui ne croit que ce qu’il voit. Points de suspension.

 

*Franck Pavloff, Matin brun, 12 pages, Cheyne éditeur, 1998

 

**BD d’ Art Spiegelman, Maus, Flammarion, même année.

 

*** Stéphane Hessel, Indignez-vous !, Indigène éditions, 2011.

 

FD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article